Journée mondiale de l’alimentation: les coopératives agricoles à l’honneur.

Journee mondiale de l'alimentation

Journee mondiale de l’alimentation

Annoncée chaque printemps par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la journée mondiale de l’alimentation a pour thème, cette année, “Les coopératives agricoles nourrissent le monde”.

Ce thème a été choisi pour souligner le rôle des coopératives dans l’amélioration de la sécurité alimentaire et leur contribution à l’éradication de la faim. Si chaque journée mondiale de l’alimentation a un thème officiel consacré, c’est pour le placer au cœur des célébrations et pour renforcer la sensibilisation et la compréhension des approches visant à éliminer la faim. C’est ainsi que l’intérêt pour les coopératives et les organisations rurales, au centre de cette journée, est également reflété dans la décision de l’Assemblée générale de l’ONU de proclamer 2012 “Année internationale des coopératives.”

Ce qui est en droite ligne avec une tradition qui s’est maintenant institutionnalisée. Car, chaque année, le 16 octobre, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture célèbre la Journée mondiale de l’alimentation.

L’objet de cette Journée est de faire mieux connaître les problèmes alimentaires dans le monde et de renforcer la solidarité dans la lutte contre la faim, la malnutrition et la pauvreté. Cette journée commémore la date de la fondation de la FAO en 1945. En 1980, l’Assemblée générale des Nations Unies a accueilli favorablement la célébration de la Journée, considérant que “l’alimentation est une condition nécessaire à la survie et au bien-être de l’être humain et qu’elle est un besoin fondamental” (résolution 35/70 du 5 décembre).

En effet, malgré le passage de la chasse et de la cueillette à une production alimentaire fondée sur la culture et l’élevage, l’homme peine toujours à satisfaire ses besoins alimentaires. Les catastrophes, naturelles, les méthodes de culture rudimentaires, les guerres, les mauvaises politiques agricoles, les discriminations, l’accaparement des terres cultivables à des fins industrielles, la faim et tant d’autres facteurs entretiennent encore la faim et la malnutrition dans le monde.

La tenue annuelle d’une journée mondiale de l’alimentation est donc une brèche que saisissent plusieurs organisations humanitaires pour élever la voix en faveur des populations meurtries par la faim. Elles y mettent des slogans, du style et des activités de collecte de fonds et de dons en nature pour leurs populations cibles et leurs bénéficiaires.

Pour exemple, en France, la délégation d’Action contre la Faim à Strasbourg sensibilisera cette année le grand public en réalisant une grande scène de crime fictive pour symboliser la mort de 10 000 femmes et enfants sous-nutris chaque jour. L’organise explique dans le programme de cette activité que « La sous-nutrition est très facile à dépister et à traiter, il est donc criminel de laisser 10 000 enfants mourir de faim chaque jour alors que nous avons les moyens de les sauver ».

De son côté, en Suisse, les humanitaires de Terre des hommes organisent une action de solidarité en collaboration avec les restaurants, les cafeterias d’entreprises, les EMS et l’industrie alimentaire. Les participants versent une partie de leur recette du jour en faveur des projets nutritionnels dans 16 pays d’intervention de Tdh. En 2011, grâce à 500 restaurants ouverts lors de cette journée, les partenaires et toutes les personnes venues se restaurer, ce sont près de 240’000.- Frs qui ont été récoltés.

Malgré ces efforts et tant d’autres initiatives à travers le monde, Il n’y a pas de solution passe-partout pour supprimer définitivement la faim et la malnutrition. Il existe en revanche quelques principes élémentaires universels à suivre à ce sujet comme le rappelle le dernier rapport de la FAO sur la situation alimentaire mondiale.

C’est pourquoi les gouvernements, la communauté internationale et la société civile doivent travailler de concert pour supprimer la discrimination légale, promouvoir l’accès de tous aux ressources et aux marchés, garantir que les politiques et programmes agricoles favorisent l’équité hommes-femmes et donner voix au chapitre aux femmes, qui sont des partenaires du développement durable au même titre que les hommes. C’est primordial pour le développement agricole et pour la sécurité alimentaire.

Adélaïde CABO

.

.

Lien Permanent pour cet article : https://www.gerer-sa-famille.com/journee-mondiale-de-lalimentation-les-cooperatives-agricoles-a-lhonneur/

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

CommentLuv badge