«

»

Imprimer ce Article

Frais bancaires : combien vous coûte votre banque ?

Frais bancaires

Frais bancaires

Tous les frais bancaires prélevés au cours de l’année précédente figurent dans le relevé de compte récapitulatif reçu en janvier. Généralement, les banques y joignent une édition complète de leurs tarifs applicables à l’année en cours. Comment réduire les frais bancaires sachant que la tendance est à la hausse des tarifs en début d’année ? Quelles précautions prendre pour éviter les incidents de paiements ? Laissez-moi vous montrer comment…

Imaginez, une cinquantaine d’ouvriers en file indienne devant le bureau du comptable payeur. Vous devinez qu’il s’agit pour eux de percevoir leurs salaires. L’ouvrier arrive devant le comptable et après avoir émargé sur le livre de paye, il reçoit une enveloppe contenant les billets de banque et les piécettes correspondant au montant inscrit sur le « Net à payer ».
Il se met légèrement en retrait pour laissez-passer le suivant, mais surtout pour recompter l’argent afin de s’assurer qu’il ne manque pas un sou.
Puis heureux comme lors des jours de paye, il s’en retourne au domicile familial.

 

Évidemment, vous ne verrez plus ces queux devant le bureau du comptable-payeur, car aujourd’hui les salaires sont virés dans les comptes bancaires.

Mais les services des banques sont offerts moyennant le paiement de frais et commissions. Ils constituent une charge pour le budget familial si vous manquez de vigilance. Pour réduire ces frais au strict nécessaire, commençons par bien comprendre :

Les frais bancaires.

Selon la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes :

« Les frais bancaires correspondent :

  • soit à la rémunération des services rendus par la banque (frais de tenue de compte, cotisation carte, etc.),
  • soit à la facturation des irrégularités de fonctionnement du compte (frais de rejet de paiement, frais sur compte débiteur, etc.).

Suivant l’opération concernée, on emploie également d’autres termes (commission, abonnement, etc.). »

Liste des frais bancaires.

  • Abonnement à des services de banque à distance (internet)
  • Abonnement à un produit offrant des alertes sur la situation du compte par SMS
  • Carte de paiement à débit immédiat
  • Carte de paiement à débit différé
  • Carte de paiement à autorisation systématique (CPAS)
  • Frais par retrait d’espèces à un DAB d’une autre banque
  • Nombre de retraits gratuits par mois dans un DAB d’une autre banque
  • Frais par virement SEPA occasionnel (en Agence par virement)
  • Frais par virement SEPA occasionnel (par Internet par virement)
  • Frais de mise en place d’un mandat de prélèvement SEPA
  • Frais par paiement d’un prélèvement SEPA
  • Cotisation à une offre d’assurance perte ou vol des moyens de paiement
  • Frais de tenue de compte

Combien vous a coûté votre banque l’année dernière ?

La banque doit vous remettre chaque début d’année un relevé récapitulatif de tous les frais bancaires payés pendant l’année écoulée. Avec ce document vous verrez ce que votre banque vous a coûté pour les services fournis et le coût des incidents de paiement le cas échéant.

Mais vous devez aussi recevoir la liste des frais bancaires applicables au cours de l’année en cours. La vigilance s’impose lorsque vous consultez cette liste, car les banques ont tendance à augmenter leur tarif en début d’année.

La gratuité de certains services tend à disparaitre, comme les frais de tenue de compte.  Ne soyez donc pas étonné de voir votre banque introduire ce service dans son nouveau tarif.

Il devient nécessaire de réfléchir aux moyens de réduire les frais bancaires par l’analyse des services réellement utilisés et aussi par la négociation…

Comment réduire vos frais bancaires au strict nécessaire ?

Vous savez combien vous ont coûté les frais bancaires l’an passé grâce au récapitulatif annuel et vous avez en main la plaquette tarifaire, il faut :

  1. Vérifier dans votre convention de compte bancaire les services dont n’avez pas besoin et qui vous coutent de l’argent.
  2. Dans les packages basiques, les banques incluent des services superflus, par contre elles en oublient d’autres, plus importants, qu’elles facturent à part. Cela rend le package plus onéreux. Ne prenez pas de package et choisissez les services utiles et n’hésitez pas à négocier les prix de ces services.
  3. Choisir avec soin vos moyens de paiement : les chéquiers, chèques de banque, cartes de paiement à débit immédiat ou différé, cartes à autorisation systématique impliquent le paiement de frais. Suivant le mode de paiement de vos frais fixes et des dépenses régulières, il faudra choisir le plus adapté à votre situation ;
  4. Demandez l’annulation des commissions d’intervention lorsque vous disposez d’un livret d’épargne bancaire et que vous étiez dans l’impossibilité d’effectuer un virement pour approvisionner votre compte courant (voyage, vacances).
  5. L’assurance-crédit et chômage sert-il réellement à autre chose qu’à vous faire débourser de l’argent ?
  6. Négocier les frais de dossier d’emprunt et les conditions d’un remboursement anticipé.
  7. Renégociez vos emprunts immobiliers lorsque les taux sont bas.
  8. Recherchez les taux d’emprunt les plus bas en dehors des banques pour des prêts à taux zéro ou à taux spécifique.
    – « Le prêt à taux zéro (PTZ) est un prêt sans intérêt, accordé sous condition de ressources pour compléter un prêt principal, et aider les ménages à acheter leur première résidence principale. »
    – « L’éco-PTZ permet de bénéficier d’un prêt à taux zéro de 30 000 euros maximum pour financer des travaux d’éco-rénovation. Il s’adresse aux , qu’ils habitent le logement, ou qu’ils le mettent en location. »
  9. Une longue durée d’emprunt donne des intérêts élevés il faut donc réduire si possible la durée.
  10. Proscrire les moyens de paiement, dont le taux d’intérêt, est onéreux, vous les débusquerez dans la liste des frais bancaires reçue en janvier.
Attention au nouveaux tarifs bancaires

Attention au nouveaux tarifs bancaires

Les découverts et intérêts débiteurs.

Le découvert non autorisé :

Cela se produit lorsque le solde du compte dépasse le plafond de découvert autorisé ou pire se trouve négatif sans autorisation de découvert : les chèques, les prélèvements, les virements occasionnels sont alors rejetés pour défaut de provision.
Suite à ces incidents de paiements, la banque retient des frais et des agios dont le taux peut passer du simple au double pour :

  • opposition (blocage) de la carte par la banque,
  • chèque rejeté pour défaut de provision,
  • avis à tiers détenteur, opposition à tiers détenteur,
  • saisie-attribution, opposition administrative,
  • non-exécution de virement permanent pour défaut de provision,
  • déclaration à la Banque de France d’une décision de retrait de carte bancaire et les commissions d’intervention…
  • compte débiteur non autorisé,
  • chèque sans provision,
  • notification signalée par la Banque de France d’une interdiction pour le client d’émettre des chèques,
  • virement occasionnel incomplet,
  • rejet de prélèvement pour défaut de provision.

Le découvert autorisé :

Robert regarde avec consternation le montant des intérêts figurant sur le relevé reçu de sa banque. En effet, son compte était négatif trois mois de suite :

·         de mille cent euros le premier mois pendant dix jours,

·         de neuf cents euros le second mois pendant douze jours,

·         et de cinq cent soixante euros le troisième mois huit jours de suite.

Avec un taux de 15,60 %, les intérêts s’élèvent à :

·         1100 X 15,6% X (10/365) = 4,27 euros

·         900 X 15,6% X (12/365) = 4,62 euros

·         560 X 15,6% X (8/365) = 1,91 euro

Soit au total 10,80 euros d’intérêts prélevés sur son compte.

Robert se trouve dans le même lot que le tiers des Français  qui avouent être dans le rouge chaque mois. 65 % des personnes interrogées dans cette étude de Panorabanque.com déclarent avoir un découvert au moins une fois par an.
Selon les personnes sondées, ces découverts leur coûteraient plus de 240 euros par an.

Les raisons de ces découverts autorisés ou non sont multiples : des dépenses imprévues, un chèque créditeur impayé, plusieurs grosses échéances chevauchées, etc.

Comment gérer au mieux le découvert bancaire afin de payer moins d’agios ?

Le plafond du découvert autorisé, sa durée maximale, le taux d’intérêt applicable sont mentionnés dans la convention de compte. Généralement, le banquier fixe le plafond du découvert en fonction de critères tels que les revenus mensuels, l’épargne détenue, le profil « à risque » ou de « bons clients », le type de moyens de paiement détenus.

Cependant, pour réduite les frais bancaires il faut systématiquement négocier :

  • Le plafond du découvert autorisé : vos relevés de compte vous donnent de précieuses informations sur le nombre de fois ou votre compte était inférieur à zéro, les périodes, les montants, les intérêts supportés. Avec ces éléments pouvez évaluer avec soin le montant du découvert mensuel à négocier avec votre banquier.
    Un suivi rigoureux du budget familial s’avère aussi indispensable.
  • Demandez une franchise d’agios afin de ne payer que la somme excédant cette franchise en cas de découvert. Exemple : agios calculés= 120 euros, franchise= 100 euros intérêts payés = 20 euros
  • Négociez une exonération d’agios : oui c’est possible, mais dépend de votre profil de client.
  • Une autorisation de dépassement de découvert temporaire pour besoin de trésorerie : cela vous fera l’économie du rejet d’un prélèvement ou d’un chèque avec en sus les agios majorés et les commissions d’intervention liés aux incidents de paiement.
    Cependant, un crédit à la consommation s’avère plus avantageux pour échelonner les remboursements à un taux plus bas que celui des agios.

Autres moyens d’éviter le découvert (autorisé ou non) :

  • Consulter régulièrement le solde de votre compte ;
  • Tenir un échéancier des prélèvements ;
  • Souscrire un service d’alerte par SMS qui vous avertit des montants débités ou crédités et du solde du compte. Attention, ce service est payant.
  • Tenir et suivre avec soin votre budget familial, consultez l’article : comment calculer le budget familial et télécharger le tableau de calcul associé.
  • Avec un livret d’épargne, il est possible d’approvisionner votre compte courant en prévision de dépenses imprévues pour éviter le découvert source d’intérêts débiteurs.

 

Une communication régulière avec votre chargé de compte constitue le meilleur moyen d’avoir les informations et les conseils pour un suivi efficace de votre compte sans frais bancaires excessifs, ni stress lié aux découverts récurrents et autres incidents de paiements.

Sites utiles :

Les principaux tarifs bancaires par département.

Calculateur en ligne.

Les sources de l’article :

Centre de documentation économie-finances.
Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes
Les clés de la banque.

Deux tiers des Français régulièrement dans le rouge

 

 

 

 

 

Lien Permanent pour cet article : https://www.gerer-sa-famille.com/frais-bancaires-combien-vous-coute-votre-banque/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

CommentLuv badge